Commissions scolaires

Le milieu dénonce un plan «illogique»

21 novembre 2014 | Lisa-Marie Gervais - Avec La Presse canadienne | Éducation

bolduc

Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne
Devant la propostition, la CAQ a demandé à Philippe Couillard de retirer l'Éducation au ministre Yves Bolduc.

Certaines l'ont trouvé « illogique », d'autres l'ont carrément refusée. Les commissions scolaires accusent difficilement le coup de la proposition de fusion et de redécoupage du territoire, qui leur semble difficile à mettre en oeuvre.

« Nos gens ont regardé ça, région par région. Déjà, pour certains, il y a des choses complètement illogiques là-dedans. [.] Il n'y a pas de logique dans les critères que le ministre a utilisés », a déclaré jeudi la présidente de la Fédération des commissions scolaires (FCSQ), Josée Bouchard, après avoir discuté avec ses membres en conseil général. Rien que sur le plan de la proximité, « ça va être extrêmement coûteux de faire voyager des professionnels sur la route. Ils vont perdre du temps », explicite-t-elle.

À la première lecture, certaines incongruités émergent, dénoncent les commissions scolaires. Dans la proposition du ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, qui réduit de 72 à 46 le nombre de commissions scolaires, la Commission scolaire des Patriotes perdrait une partie de son territoire, soit Boucherville et Saint-Bruno-de-Montarville, au profit de la Commission scolaire Marie-Victorin. Or, elle perdrait du même coup trois écoles secondaires et devra en construire une nouvelle pour accueillir les élèves de son territoire, un scénario « inacceptable » pour la présidente de la CSP, Hélène Roberge, qui prédit que cela engendrera « des dépenses substantielles de fonds publics ».

La CSP devra aussi prévoir des fonds pour déménager ou se doter d'un nouveau centre administratif, qui est actuellement sur le territoire de Saint-Bruno-de-Montarville. « Ça ne sera pas facile à gérer », croit Carole Lavallée, nouvelle présidente de la Commission scolaire Marie-Victorin à Longueuil. « On va avoir des élèves au secondaire qu'on n'avait pas au primaire. Et en matière d'économies et de gains d'efficacité, déménager un siège social va nous coûter plus cher au final. »

Bouleversements à la CSDM

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) se dit très en colère du nouveau scénario qu'on lui propose, qu'elle qualifie « d'improvisation ». Elle perdrait 40 % de ses 112 000 élèves pour n'en compter que 64 500. C'est la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys qui se retrouverait avec quelque 47 000 élèves de plus issus des territoires d'Ahuntsic-Cartierville, Notre-Dame-de-Grâce-Côte-des-Neiges, Westmount et le Sud-Ouest, devenant du même coup la plus grosse commission scolaire du Québec avec 91 500 élèves. « OK pour fusionner deux-trois commissions scolaires de 5000 élèves. Mais réduire une grosse commission scolaire pour en créer une autre plus grosse à côté ? On ne comprend pas. Les gens sont sidérés », a dit Catherine Harel-Bourdon, présidente de la CSDM, qui refuse la proposition.

Elle s'inquiète du « poids supplémentaire » qui reposera sur la CSDM, qui comptera une plus forte concentration de milieux défavorisés et moins de ces quartiers plus favorisés, qui permettaient de bons gains en taxe scolaire. « On ne se le cachera pas, avec l'important bassin d'élèves qu'on a et les montants qui nous échoient, ça nous permet normalement de dégager de bonnes sommes dans certains établissements pour venir combler les déficits des écoles d'élèves autistes ou handicapés, illustre-t-elle. Si on réduit notre nombre d'élèves de 40 %, je ne sais pas comment on va y arriver. »

Après ce redécoupage, la CSDM comptera aussi une plus grande concentration d'immeubles excédentaires qui coûtent cher à entretenir.

« Je veux rencontrer M. Bolduc. J'ai l'impression qu'il a une incompréhension de la réalité de Montréal. » Mme Harel-Bourdon se demande s'il n'y a pas des raisons politiques à ce changement. « On savait qu'il y avait des fusions, mais là, c'est une annexion. On n'est même pas dans la structure et la gouvernance. »

Contre-proposition

Le gouvernement souhaiterait faire adopter son projet de loi après les Fêtes, au début de 2015. « Nous donner seulement deux-trois mois pour en discuter, juste ça, c'est rébarbatif », a soutenu Carole Lavallée, qui se dit « perplexe » et « sceptique ». Elle doute que les nouvelles hypothèses du ministre, qui demeurent tout de même à discuter, règlent le problème de l'injustice des taxes et de la démocratie scolaires.

Les commissions scolaires membres de la FCSQ devraient faire part de leur contre-proposition le 5 ou 6 décembre prochain. « [Nos membres] vont s'assurer [de déterminer] si effectivement c'est un incontournable. [Et si oui], que ça se fasse intelligemment, pour pouvoir bien faire les choses et ne pas perdre en qualité du service, a précisé Mme Bouchard. Mais on ne le sent pas. »

À l'Assemblée nationale, le ministre Bolduc a eu droit à la médecine de la Coalition avenir Québec, qui lui reproche de naviguer à l'aveuglette dans ce dossier. Le porte-parole caquiste en éducation, Jean-François Roberge, a même pressé le premier ministre Philippe Couillard de remanier son cabinet pour confier à quelqu'un d'autre le dossier délicat de l'éducation. « Il est manifestement incapable de diriger ce ministère-là correctement. » Il est selon lui inconcevable que le ministre Bolduc soit incapable de fournir une évaluation des économies escomptées par les fusions. « Je pense qu'il n'a aucune idée pourquoi il veut les fusionner. [.] Il est incapable de nous dire combien d'argent on pourrait économiser. »

http://www.ledevoir.com/societe/education/424594/commissions-scolaires-le-milieu-denonce-un-plan-illogique